Chronoxyle de Paul Duncombe, 2018

 L a scultupre « Chronoxyle » de Paul Duncombe est la deuxième oeuvre produite par la Fondation d’entreprise Le Delas pour le Domaine de Toury.

Tirant parti de la chute d’un chêne monumental à l’automne 2017, Paul Duncombe réalise une oeuvre en devenir, que la nature, reprenant peu à peu ses droits, sera amenée à transformer.

DUNCOMBE_17022_4
« Chronoxyle », chêne et socle acier, env. 20m. ©Paul Duncombe

À travers une réflexion singulière portée sur les interactions entre les êtres humains et la nature, Paul Duncombe (né en 1987 à Caen) explore les différentes échelles du paysage. Ses recherches successives, sur les banquises du Labrador, les tempêtes en mer Celtique, les forêts boréales, ou encore les terres irradiées de Fukushima, visent les mécanismes contingents qui lient ces vastes territoires avec les créatures qui s’y développent et les éléments infinitésimaux qui les composent. à partir d’un travail photographique in situ puis de séries d’expérimentations méthodiques conduites en atelier ou en laboratoire, ses projets mettent alors en relation la simplicité apparente des oeuvres de la nature avec la technicité croissante des sociétés modernes.

Du simple geste aux installations monumentales les plus complexes, entre performances, sculptures minimales et interventions sur site, son travail traverse les frontières et les disciplines. Que ce soit pour l’organisation d’une expédition sur un lac gelé (Sur Fond Blanc, 2015) ou pour la production d’une oeuvre électronique expérimentale dans le Grand Accélérateur National d’Ions Lourds (Nova Stella, 2018), ses recherches l’ont mené à collaborer avec de nombreux artistes, ingénieurs et artisans mais aussi avec des biologistes, des archéologues, des astrophysiciens, des guides de haute montagne ou encore l’armée, multipliant ainsi les points de vue et les expériences.

Voir la vidéo de l’installation de l’oeuvre

Diplômé de l’École Nationale Supérieure des Arts Décoratifs de Paris en 2014, Paul Duncombe développe et expose de nombreux projets en France et à l’étranger: Unicorn Center for Art (Beijing, 2018), 63ème Salon de Montrouge (Paris, 2018), Interstice – Rencontre des Inclassables (La Station Mir, Caen, 2018), Shelter (La Vallée, Bruxelles, 2017), Appareiller (Palais de Tokyo, Paris, 2017), Jeune Création 66 (Galerie Thaddaeus Ropac, Pantin, 2016), Apex (Les Ateliers Vortex, Dijon, 2016), Détours (Voyons-Voir, Aix-en-Provence, 2016), Est-Nord-Est (Saint-Jean-Port-Joli, Québec, 2015), Sur Fond Blanc (Avatar – Coopérative Méduse, Québec, 2015).

Paul Duncombe – Biographie – 2018
Site web

Photographies de Marc Deneyer, 2016

E n 2016, la Fondation d’entreprise Le Delas a donné carte blanche à Marc Deneyer pour réaliser un travail photographique sur le Domaine de Toury.

Plusieurs séjours au fil des saisons ont permis à Marc Deneyer de s’imprégner et de saisir avec la plus grande délicatesse et justesse, l’esprit de ce lieu.

 

M arc Deneyer est né à Bruxelles et vit aujourd’hui en France dans la Vienne. Il vient tardivement à la photographie après quelques années passées comme musicien et dessinateur de presse.
Il se tourne rapidement vers le paysage et la nature qui vont représenter l’essentiel de ses centres d’intérêt.
Photographe reconnu, il rapporte de ses voyages (du Groenland à la Toscane, du Maroc au Japon…) des images et des textes qui racontent sa recherche d’une pure lumière et de lieux immémoriaux. Depuis 1984, il expose un peu partout en Europe et au delà (The Photographers’ Gallery à Londres, Institut Français de Naples, Galerie du Château d’Eau à Toulouse, Galerie Camera Obscura à Paris, Institut français de Tokyo, Sapporo…). En 1985, il publie Paysages Éd. F. R. A. C Poitou-Charentes/La Différence. En 1986 il participe à la mission photographique de la D.A.T.A.R puis de 1987 à 1990 à la mission photographique Les Quatre Saisons du Territoire qui aboutit à plusieurs publications sous le même titre aux éd. de l’Est.
En 2000, il est invité en Résidence à la Villa Kujoyama, Kyoto, Japon (Villa Medicis hors les murs). Il publie Ilulissat en 2001 puis Kujoyama en 2005 dans la collection Textes et Photographies aux éditions Le temps qu’il fait.

Site web de Marc Deneyer

Le point de fuite, Benjamin Rossi, 2015

P remière oeuvre installée en juin 2015 au Domaine de Toury, cette sculpture monumentale, réalisée pour le lieu,  inaugure une  série de commande de la fondation d’entreprise Le Delas.

"Le point de fuite", Benjamin Rossi, Poutre en douglas, peinture glycéro rouge trafic, 10 x 30cm
« Le point de fuite », Benjamin Rossi,
Poutre en douglas, peinture glycéro rouge trafic, 1000 x 30 cm, ©Rossi

Une poutre ronde d’une dizaine de mètres s’élève vers le ciel. Sa hauteur la rend visible depuis tous les points du domaine. Érigée dans le prolongement d’un bosquet baptisé Robinson, elle s’inscrit à la fois dans le champ de l’art et dans le récit du marin échoué sur une île déserte. Si pour le spectateur le point de fuite est le lieu vers lequel toutes les droites convergent, pour l’aventurier, c’est avant tout la perspective du retour.

  • Poutre en douglas, peinture glycero rouge trafic
  • 1030 x 30cm
  • Production Fondation d’entreprise Le Delas

Site web de Benjamin Rossi